Khumbu et Hinku (4/8) : Gokyo - Lobuche - Namche

La nuit en dortoir est assez pénible : nous sommes très serrés et le manque de sommeil dû à l'altitude n'arrange rien. Le lendemain matin certains montent au Pic de Gokyo, 5300 m, juste au-dessus du village mais j'ai mal au crâne et préfère l'option grasse matinée, de toute façon le temps est bouché donc je n'ai aucun regret. L'après-midi est assez tranquille : nous redescendons légèrement la vallée puis obliquons plein est pour traverser le glacier de Ngozumpa et remonter à Dragnag, 4690 m. Le lodge est encore plus exigu que la veille, heureusement nous ne sommes que deux groupes et l'ambiance est très bonne.
Glacier de Ngozumpa
Le lendemain matin il fait beau bien qu'une fine couche de neige soit tombée durant la nuit. Nous progressons sur de gigantesques moraines avec difficulté: il faut être en équilibre sur les blocs et la neige n'arrange rien. Sur les deux cents derniers mètres la pente se redresse mais de bonnes marches dans la neige rendent les choses plus faciles, si tant est que monter un escalier géant à plus de 5000 m le soit. Après quelques heures d'efforts nous franchissons le Cho La, 5420 m, plongé dans un nuage. La redescente sur Jhongla, 4843 m, est tranquille et agréable. Un lodge nous y attend et ce soir il ne faut bercer personne.
Au-dessus de Dragnag Kangchung Glacier de Nyingma et Cho La
Cho La
Entre Cho La et Jhongla
Le jour suivant un brouillard épais s'est abattu sur la région, nous nous rendons à Lobuche, 4930 m, sans voir grand-chose, vers le soir il se met à neiger. Nous nous entassons dans un lodge surpeuplé. Au réveil force est de constater qu'il est tombé une quarantaine de centimètres de neige et qu'elle continue à tomber dru : plus question d'aller au Kalapatar (belvédère à 5545 m surplombant le camp de base de Sagarmatha (l'Everest) comme prévu. Le danger d'avalanches est réel et l'heure de la retraite a sonné: retour à Namche pour tout le monde, nous l'effectuons en deux jours avec une nuit inconfortable à Pangboche, 3985 m, car trekkeurs comme alpinistes envahissent les lodges qui ont du mal à caser tout le monde.
Yaks dans la neige Lodge à Pheriche

Haut de page