Venezuela (12/12) : Roraima

Le lendemain nous nous levons dès l'aube pour profiter du soleil, ce qui est plutôt rare en ces lieux. Nous traversons le plateau pour aller à la Ventana, belvédère sur la vallée qui sépare le Roraima du Kukenan.
Roraima, versant ouest, et Kukenan Roraima, versant ouest
Roraima, Ventana Roraima, Ventana, la forêt est 1000 m plus bas
Roraima, Ventana, tepuy Kukenan Roraima, Ventana Tepuy Kukenan Roraima, Ventana, méditation
Le Roraima abrite nombre d'espèces endémiques, plantes ou animaux.
Roraima, orectanthe sceptrum Roraima, plante Roraima, plante carnivore (Heliamphora nutans) Roraima, fleurs Roraima, fleurs Roraima, grenouille endémique (Anomaloglossus roraima),  1 cm
Bien que constitué de grès le Roraima abrite des dépôts de quartz dont les cristaux tapissent le sol.
Roraima, vallée des cristaux Roraima, vallée des cristaux
Des baignoires naturelles sont appelées jacuzzis mais l'eau est glaciale.
Roraima, plage Roraima, jacuzzis Roraima, jacuzzis
Les rochers font travailler notre imagination.
Roraima, rochers suggestifs, personnages Roraima, rochers suggestifs, champignon Roraima, rochers suggestifs, el Padre de las Aguas Roraima, rochers suggestifs, éléphant
Pour terminer la journée nous grimpons au sommet du tepuy, 2723 m, qui se trouve juste à côté de notre hôtel, malheureusement des nuages envahissants obstruent la vue. En redescendant nous allons à un belvédère qui se trouve sous la couche nuageuse et permet de voir le camp de base 800 m plus bas.
Rocher Maverick, point culminant du Roraima Sommet du Roraima Notre hôtel vu du sommet du Roraima
Roraima, brume Roraima, belvédère, camp de base et Gran Sabana Roraima, belvédère : vue ouest, tepuy Kukenan
Le dernier jour nous reprenons la rampe pour le camp de base puis le camp du rio Tek où les villageois vendent quelques bières tièdes bienvenues pour fêter la fin de l'aventure, il ne reste plus que 3 heures de marche le lendemain.
Roraima, descente, cascade Roraima, passage sous la cascade Kukenan et Roraima
Le séjour au Venezuela se termine là mais il me faudra encore quatre jours pour rentrer : 4x4 pour Santa Elena de Uairén, bus pour Ciudad Bolívar, avion pour Caracas, avion pour Madrid et enfin avion pour Paris. Il va falloir que je plante une forêt pour compenser mon bilan carbone !